ROYA CITOYENNE – Résistances en Roya

solidarité, renforcement du réseau social, réflexion sur des projets de société respectueux de l'humain et de la nature…

Réfugié-es bloqué-es à la frontière italienne

Classé dans : Accueil,archives,Infos, videos, documentaires...,Réfugiés - Migrants — 20 août, 2016 @ 23:09

Voici la lettre ouverte adressée par l’association « Roya Citoyenne » ,  ainsi que d’autres associations,  aux autorités nationales et locales

À Monsieur le Président de la République
À Monsieur le Premier ministre
À Monsieur le Ministre de l’Intérieur
À Monsieur le Préfet des Alpes-Maritimes

Messieurs les gouvernants,

Nous avons honte.
Nous habitons dans un département frontalier : les Alpes-Maritimes. Vous avez ordonné que les réfugiés soient bloqués à la frontière franco-italienne. Hommes, Femmes et Enfants affamés et épuisés, y survivent dans des conditions déplorables après avoir vécu les pires horreurs pour fuir leur pays, en traverser d’autres, ainsi que la mer, afin d’arriver aux portes de la France. À Vintimille, l’Italie, bien malgré elle, est devenue leur prison. Les mineurs isolés sont nombreux parmi cette population.

Nous les voyons errer le long des routes, sur les voies ferrées, au péril de leur vie. Ils sont dans une situation humanitaire impossible. Cette réalité est insoutenable. Nous ne pouvons rester indifférents devant le spectacle de cette misère grandissante, véritable agression pour tout citoyen qui comme nous demeure attaché aux valeurs d’humanité, de solidarité, de fraternité qui sont inscrites au fronton de la République. Cette histoire est notre histoire, une histoire de société, une histoire d’humanité.

Aucune règle internationale ne saurait s’opposer, si vous le voulez, à notre souveraineté humanitaire. La France qui a toujours été une terre d’accueil et dont la devise reste Liberté, Égalité, Fraternité, se doit de respecter les conventions internationales et le droit des réfugiés. Jusqu’à maintenant nous sommes quelques-uns à agir bénévolement pour tenter de répondre à l’urgence. Mais les besoins sont croissants. La population de réfugiés augmente chaque jour et les pouvoirs publics ne peuvent plus se dérober à leur responsabilité.

Nous vous demandons donc d’user de vos prérogatives pour contribuer a régler cette situation en ne déniant pas à priori à ces femmes et à ces hommes le droit de traverser notre pays ou d’y demander l’asile. Des milliers et des milliers sont jetés sur les routes et sur les mers, des familles sont explosées, non parce qu’ils l’ont choisi, mais parce que les politiques mises en œuvre à travers les «aventures»  guerrières, les bombardements, la destruction de leurs États notamment, les ont chassés de chez eux.
Aujourd’hui les pays européens, occidentaux, etc… récoltent le produit de la politique de leur gouvernement, et il est moralement et humanitairement inacceptable de voir les responsables se dérober.

Monsieur le Président, Messieurs les gouvernants, nous ne pouvons imaginer que vous resterez sourds à cette détresse.
Face à l’extrême urgence, nous comptons sur votre diligence pour prendre les mesures qui s’imposent, dont une des premières, l’ouverture et l’organisation de centres d’accueil, d’hébergement, de soins et de premiers secours, non seulement à la frontière, dans les communes limitrophes, mais aussi sur l’ensemble du territoire national.

Nous informerons la population française de vos initiatives.

Nous vous prions d’agréer, Messieurs les gouvernants, l’assurance de nos sentiments républicains.

Association Roya Citoyenne

Pour toute correspondance : royacitoyenne@laposte.net

 Et voici la réponse reçue de la Présidence de la République ici

Ainsi que la réponse reçue par ADN ( Association pour la Démocratie à Nice )

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

collectivités territoriales... |
l'agenda de la section |
Europe Ecologie - Canton Sa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aidedeveloppementafrique
| rouletabille
| Quand la vérité blesse