Accueil Communiqué officiel LETTRE OUVERTE DE ROYA CITOYENNE AUX AUTORITES CIVILES ET RELIGIEUSES : pas de trêve hivernale ?

LETTRE OUVERTE DE ROYA CITOYENNE AUX AUTORITES CIVILES ET RELIGIEUSES : pas de trêve hivernale ?

1
0
192

Lettre à télécharger au format pdf : fichier pdf lettre dec 2016 accueil hiver (1)

 

Breil-sur-Roya, le 22 décembre 2016.

Association Roya citoyenne
roya-citoyenne@riseup.net / royacitoyenne@laposte.net

Adresse postale : Association Roya citoyenne
C/o Herrou
Quartier Veil
06540 BREIL-sur-ROYA

 

A l’attention de :

M. Leclerc, Préfet des Alpes-Maritimes                                                                                                         M. Ciotti, Président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes                                                                              Mgr. Marceau, Evêque de Nice                                                                                                            M.  Ioculano, Maire de Ventimiglia
Mme le Maire de Saorge, MM. les Maires de Tende, La Brigue, Fontan, Breil/Roya

 

Copie pour information à :

Sa Sainteté le Pape
M. le Député de Menton-Roya-Bévéra
M. le Président de la CARF
Mme et M. les Conseillers départementaux Roya-Bévéra-Paillons

 

Objet : Hiver 2016, pas de trêve de Noël pour les réfugiés ?

 

M. le Préfet, Monseigneur, M. le Président, Mme et MM. Les Maires,

 

Depuis des mois, les centaines de réfugiés bloqués à Vintimille en Italie se voient refuser l’entrée sur le territoire français.

Malgré une forte et coûteuse mobilisation policière, nombre d’entre eux réussissent à passer en France et se retrouvent dans la vallée de la Roya, dans des conditions déplorables de fatigue, de santé, de froid et de faim.

De nombreux citoyens solidaires, malgré les menaces policières et judiciaires, leur apportent leur soutien, de la nourriture et un hébergement. Ils se substituent ainsi aux carences des États et des autorités locales, tant du côté italien que du côté français. Le comble de l’ignominie est atteint lorsque ces élans de solidarité et de générosité sont interdits et attaqués par les autorités elles-mêmes défaillantes.

 Alors que donner à manger à un chien ou un chat semble naturel, comment peut-on interdire de nourrir un être humain comme en a décidé la municipalité de Vintimille ?

Dans cette ville, la police fait la chasse à quiconque donne du pain à des réfugiés affamés au lieu de mettre à la disposition des associations un lieu pour confectionner des repas chauds ! (comme demandé par Roya Citoyenne qui a essuyé un refus).

Côté français, c’est le président du Conseil départemental qui, parlant des habitants de la Roya solidaires des réfugiés, demande de « traquer sans complaisance ceux qui exploitent la détresse humaine ».

C’est le nouveau Préfet, représentant du Gouvernement, qui fait pression sur la mairie de Breil pour qu’elle renonce à ouvrir une petite structure d’accueil avec Médecins du Monde, au risque de laisser des réfugiés mourir de froid sur nos routes ou voies ferrées.

C’est l’évêque de Nice qui déclare dans Nice Matin (19/12/16) « …l’action des pouvoirs publics ne doit pas être guidée seulement par la crainte d’un Calais bis. Il est possible de créer des structures légères d’accueil passager avec des associations caritatives ayant pignon sur rue ».

Devons-nous comprendre qu’il va soutenir  le projet d’accueil de nuit au presbytère de St-Dalmas-de-Tende,  alors qu’il vient d’être abandonné suite au changement de serrure effectué par un auteur anonyme ?

C’est le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France qui écrit (15/12/16), « nous ne pouvons pas fermer les yeux sur la situation des personnes réfugiées chez nous. Nous devons les accueillir et les accompagner dans la durée… À l’approche de Noël, nous appelons tous nos concitoyens à ne pas baisser les bras et à se montrer solidaires de ceux, proches et lointains, qui souffrent ».

Nous ne pouvons que nous réjouir de cette déclaration !

N’oublions pas la devise de notre République gravée aux frontons de nos mairies et de nos écoles : « Liberté, Égalité, Fraternité ».

Nous continuerons d’être solidaires des réfugiés qui sont à nos portes.

 

Nous renouvelons nos demandes :

- de pouvoir participer à l’accueil des réfugiés à Vintimille par l’apport de nourriture, etc.

- d’ouverture d’un lieu dans la Roya pour mettre les réfugiés à l’abri et leur apporter soins et nourriture

- en direction des collectivités (en particulier le Département) et des États, de revoir leur politique d’asile pour la mettre en conformité avec la Loi sur la protection des mineurs et avec les Conventions internationales sur le droit d’asile notamment.

Nous sommes à l’entière disposition de toutes autorités civiles ou religieuses qui souhaitent nous rencontrer pour trouver ensemble des solutions.

Veuillez recevoir l’expression de notre très haute considération citoyenne, 

Le Conseil d’administration de Roya citoyenne.

 ————————————————————————————————————————————————–

LETTRE EN ITALIEN

Lettre en italien à télécharger au format pdf : fichier pdf lettre-dec-2016-accueil-hiver-1 ital

Breil-sur-Roya,  22 dicembre 2016.

Association Roya citoyenne roya-citoyenne@riseup.net / royacitoyenne@laposte.net Indirizzo postale : Association Roya citoyenne

c/o Herrou Quartier Veil

06540 BREIL-sur-ROYA

Alla cortese attenzione di:

Sig. Leclerc, Prefetto delle Alpi-Marittime

Sig. Ciotti, Presidente del Consiglio dipartimentale delle Alpi-Marittime Mons. Marceau, Vescovo di Nizza

Sig.  Ioculano, Sindaco di Ventimiglia

La Sig.a Sindaca di Saorge, i Sigg.  Sindaci di Tende, La Brigue, Fontan, Breil/Roya

 

Copia per conoscenza a:

Sua Santità il Papa

Sig. Deputato della circoscrizione Roya-Bévéra

Sig. Presidente della CARF

Sigg. Consiglieri dipartimentali Roya-Bévéra-Paillons

 

Ogg.: Inverno 2016, nessuna tregua di Natale per i rifugiati?

 

Sig. Prefetto, Monsignore, Sig. Presidente,  Sigg. Sindaci,

 

Sono mesi che le centinaia di  rifugiati bloccati a Ventimiglia in Italia si vedono rifiutare l’ingresso sul territorio francese.

Nonostante una forte e costosa mobilitazione delle forze di polizia, molti di loro riescono a passare in Francia e si ritrovano nella Valle della Roya in condizioni deplorabili di fatica, di salute, di freddo e fame.

Numerosi cittadini solidali offrono loro sostegno, cibo e ospitalità malgrado le minacce delle forze dell’ordine  e giudiziarie, facendo fronte così alle carenze degli Stati e delle autorità locali tanto da parte italiana quanto francese. Nel momento in cui tali slanci di solidarietà e generosità vengono vietati e attaccati da parte delle autorità, esse stesse inadempienti, si raggiunge il colmo dell’ignominia.

Dare da mangiare a un cane o a un gatto sembra qualcosa del tutto normale, e allora come si può vietare di nutrire un essere umano, come è stato deciso dalla municipalità di Ventimiglia?

In questa città, la polizia persegue chiunque dia del pane ai rifugiati affamati anziché mettere a disposizione  delle associazioni un luogo per confezionare pasti caldi (come è stato chiesto da Roya Citoyenne, ottenendone un rifiuto)!

Da parte francese, è il presidente del Consiglio dipartimentale che, parlando degli abitanti della Roya solidale ai rifugiati, richiede di perseguire senza compiacenze coloro che sfruttano la miseria umana”.

 

E’ il nuovo Prefetto, rappresentante del Governo, che esercita pressioni sul Comune di Breil affinché rinunci ad aprire una piccola struttura di accoglienza con Médecins du Monde, con il rischio di lasciare i rifugiati morire di freddo sulle nostre strade e linee ferroviarie.

 

E’ Il vescovo de Nizza che dichiara su Nice Matin (19/12/16) “ …l’azione dei poteri  pubblici  non deve essere guidata solo dalla paura di una Calais bis. E’ possibile creare strutture leggere di accoglienza transitoria insieme alle associazioni caritative dedicate”.

 

Dobbiamo pensare dunque che egli sosterrà il progetto di accoglienza notturna presso il presbiterio di St- Dalmas-de-Tende, progetto che ha dovuto essere abbandonato  a causa del fatto un anonimo ha cambiato di nascosto la serratura?

 

E’ il Consiglio permanente della Conferenza episcopale di Francia che scrive (15/12/16),

 

noi non possiamo chiudere gli occhi sulla situazione delle persone rifugiate nel nostro Paese. Dobbiamo accoglierle e accompagnarle nel tempo… Con l’avvicinarsi del Natale, facciamo appello a tutti i nostri concittadini di non arrendersi e mostrarsi solidali con quanti, vicini e lontani, stanno soffrendo”.

 

Possiamo solo rallegrarci di questa dichiarazione!

 

Non dimentichiamo il motto della nostra Repubblica inciso sui frontoni dei nostri Comuni e scuole: “Liberté, Égalité, Fraternité”.

 

Noi continueremo a essere solidali con i rifugiati che si trovano vicino a noi.

 

Ripetiamo le nostre richieste:

 

-   di poter partecipare all’accoglienza dei rifugiati a Ventimiglia portando cibo, ecc.

 

-   di aprire di un luogo nella Val Roya per mettere i rifugiati al sicuro e apportare loro cure

 

   e cibo

 

-   alle collettività (in particolare il Dipartimento) e agli Stati, di rivedere la loro politica 

 

   d’asilo per conformarla alla Legge sulla protezione dei minori e alle Convenzioni  

 

   internazionali in particolare in materia di diritto d’asilo.

 

Restiamo a completa disposizione di tutte le autorità civili o religiose che desiderino incontrarci per trovare soluzioni insieme.

 

Con i nostri più cordiali saluti,

 

 

 

                                                                         Il Consiglio di Amministrazione de Roya Citoyenne.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par roya06
Charger d'autres écrits dans Communiqué officiel

Un commentaire

  1. REAULT Henriette

    5 janvier, 2017 à 5:55

    Bonjour, bonne année et courage!
    N’en déplaise à cet antipathique personnage, président du conseil départemental de 06, l’aide aux migrants, légaux ou illégaux, est un devoir de conscience. Bravo à vous tous qui honorez la fraternité. C’est vous qui avez raison, citoyens de la Roya! La justice ne doit pas vous condamner pour aide à personnes en danger!
    Henriette

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Vendredi 04 décembre 2015 – La Brigue