ROYA CITOYENNE – Résistances en Roya

solidarité, renforcement du réseau social, réflexion sur des projets de société respectueux de l'humain et de la nature…

Archive pour la catégorie 'Communiqué officiel'

Journal de la mairie de SAORGE : « Problème humanitaire dans la Roya »

Posté : 20 janvier, 2017 @ 1:57 dans Communiqué officiel, Mobilisation, Réfugiés - Migrants, Soutien aux sans-papiers | Pas de commentaires »

http://www.saorge.fr/images/PDF/JOURNAL_SAORGE/Journal_de_Saorge_-janvier_2017.pdf

PROBLÈME HUMANITAIRE DANS LA ROYA 

La situation des réfugiés s’aggrave à Vintimille et au-delà.

Refoulés aux frontières, ils sont de plus en plus nombreux à remonter à pied la Vallée de la Roya de jour comme de nuit pour rejoindre la France et au-delà.

L’hiver arrive.

La nourriture manque malgré de dévouement des associations caritatives.

Les vêtements manquent.

Leur état de santé se dégrade.

Laisser les réfugiés dans la nature ce n’est pas une solution. La bonne volonté des citoyens ne sera jamais suffisante.

Le Conseil Municipal demande aux Pouvoirs Publics de prendre leurs responsabilités et de créer des structures d’accueil pour venir en aide aux réfugiés.

La crise humanitaire est là !

Le Conseil Municipal demande également au Procureur de la République la plus grande indulgence pour les militants associatifs interpellés par la police, leur seul tort : avoir témoigné de leur solidarité en faveur des réfugiés.

Que faire dans l’immédiat ?

De nombreux Saorgiens viennent en aide aux réfugiés : hébergement, soins, nourriture… c’est tout à l’honneur du village !

La Mairie de Saorge collecte de la nourriture non périssable (riz, pâtes, boites de thon et de sardines…), des vêtements chauds et en bon état.

Un soutien financier peut être apporté par chèque à l’ordre de « Roya Citoyenne ».

Intervention de Francis TUJAGUE, au nom des Conseillers Départementaux Front de Gauche, lors de l’Assemblée Départementale du vendredi 2 décembre 2016

Posté : 20 janvier, 2017 @ 1:48 dans Communiqué officiel, Réfugiés - Migrants, Soutien aux sans-papiers | Pas de commentaires »

 fichier pdf déclaration FT VT du 02 12 2016doc  téléchargeable au format pdf

déclaration FT VT du 02 12 2016doc-page-001

 

12/1/2017 Question de Bernard Véra, Sénateur de l’Essonne (GCRC) sur le « délit de solidarité »

Posté : 16 janvier, 2017 @ 12:26 dans Communiqué officiel, Mobilisation, Réfugiés - Migrants, Soutien aux sans-papiers | Pas de commentaires »

   

Bernard VERA

Sénateur de l’Essonne

Groupe Communiste Républicain et Citoyen

________

 

Paris, le 12 janvier 2017,

Question d’actualité sur le délit de solidarité

 Monsieur le Président,

Monsieur le Garde des Sceaux,

Mes chers collègues,

 

- 2 485 caractères espaces compris – 2,30 minutes

Le 4 janvier dernier a été requis au tribunal de Nice 8 mois de réclusion avec sursis pour Cédric Herrou, agriculteur de 37 ans poursuivi pour avoir aidé des migrants dans la vallée de la Roya, près de la frontière franco-italienne.

Cet acte de solidarité n’est pas isolé, et dans cette vallée, malgré les pressions et les intimidations, au moins 150 personnes participeraient activement à aider les exilés, faisant prévaloir la logique d’accueil sur la logique de rejet, bravant l’interdiction qui fait de l’aide au séjour irrégulier, un délit.

Un nombre croissant de Français, jugent indigne le sort réservé à ceux qui fuient les guerres et viennent chercher refuge dans notre pays. Mais, alors que l’Etat fait preuve d’insuffisances flagrantes en matière d’accueil, il agit dans le même temps avec autoritarisme face aux élans de solidarité de la population.

Ainsi pas moins de 11 procès sont déjà programmés cette année pour « délit de solidarité ».

Pourtant, l’Etat, la région, le département des Alpes Maritimes ont les moyens d’ouvrir les centres d’accueil réclamés par les associations et de recueillir les mineurs isolés en détresse comme l’exige la loi.

Il est grand temps de mettre un terme à toute poursuite à l’égard des militants-citoyens de la solidarité, et à engager une véritable politique d’accueil ouverte et humaine dans notre pays.

Aussi, Monsieur le Garde des Sceaux, ma question est simple : quelles actions le gouvernement entend-il mettre en place pour que le secours aux réfugiés ne soit plus considéré injustement comme un délit en France ?

En 2012, Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, déclarait devant la commission des lois du Sénat : « Notre loi ne saurait punir ceux qui, en toute bonne foi, veulent tendre une main secourable.»  Il proposait alors de « mettre fin au délit de solidarité.

Certes vous avez assoupli certaines règles mineures, mais vous ne vous êtes pas attaqués au cœur de l’article 622-1 du code des étrangers.

Ce que nous demandons c’est l’abrogation totale du délit de solidarité pour ceux qui agissent de façon désintéressée. Ce qui n’empêche en rien de lutter contre les filières criminelles d’immigration.

Le groupe CRC se tient résolument aux côtés des militants associatifs et des citoyens solidaires qui contribuent à donner à notre pays un visage humain et fraternel. 

4 citoyens solidaires gardés à vue 24 H : Communiqué de presse de Roya citoyenne au 8/1/2017

Posté : 10 janvier, 2017 @ 2:36 dans Communiqué officiel, Mobilisation, Réfugiés - Migrants | Pas de commentaires »

fichier pdf communiqué 8-1-2017 à télécharger

Communiqué de presse de Roya citoyenne

Le 8/1/2017

 Ce vendredi 6 janvier, le jour même où la justice décide de relaxer Pierre-Alain Manonni pour avoir convoyé trois réfugiées, quatre autres citoyens solidaires sont interpellés entre Breil et Sospel et maintenus 24 h en garde à vue.

Françoise Gogois, René Dahon, Gérard Bonnet, et Dan Oudin, cherchaient simplement à déplacer six jeunes réfugiés vers d’autres lieux d’hébergements privés présentant des conditions d’accueil dignes et sécurisées.

Rappelons que le Procureur de la République, lors du procès de Cédric Herrou, lui a reproché, entre autres, de « loger des réfugiés dans des conditions indignes », car ils étaient sous des tentes ou des caravanes.  Cette action allait dans le sens même de ce que demande le Procureur.
Rappelons aussi que:

- les hébergeurs bénévoles de la Roya sont débordés par l’arrivée de plusieurs dizaines de réfugiés par semaine ;

- la reconduite à la frontière est toujours de mise ;

- les accueils en foyer de l’enfance sont saturés, car insuffisants et inadaptés.

Ce même Procureur a par ailleurs fait appel de la décision de justice concernant Pierre-Alain, refusant ainsi toute indulgence pour la solidarité citoyenne.

La chasse au faciès et aux citoyens solidaires continue donc, malgré la relaxe prononcée.

Cette dernière met en colère M. Estrosi, et l’amène à insulter la justice de notre pays. Nous lui rappelons que « l’insulte aux forces de l’ordre » est bien plutôt le fait de ceux qui utilisent ces forces de l’ordre pour traquer sans relâche les réfugiés, les mettant en danger, alors même que la vocation des policiers et gendarmes est de protéger les personnes, quelle que soit leur origine ou couleur de peau. Le malaise des forces de police, et notamment de gendarmerie, est de plus en plus évident face à cette politique décidée par des pouvoirs publics qui n’ont rien vu, rien entendu et rien compris de ce que vivent les réfugiés et les populations de nos vallées. Avec une faible partie du coût de cet immense déploiement de forces répressives, on pourrait largement accueillir dignement les quelques centaines de réfugiés qui souhaitent transiter par nos vallées.

Combien de temps, combien de souffrances ou même de morts, notamment pendant les froids de cet hiver, combien d’arrestations de citoyens solidaires faudra-t-il pour que les pouvoirs publics prennent les mesures nécessaires de protection de ces femmes, hommes et enfants ?

 Nous appelons encore une fois à un soutien sans faille de tous les citoyens solidaires, et à leur présence massive lors du procès de

Françoise GOGOIS, René DAHON, Gérard BONNET (dit Gibi), et Dan OUDIN,

Poursuivis pour aide à l’entrée ou au séjour irréguliers
(sur la base du Ceseda Art. L 622-1 et L-622-3) 

Le MARDI 16 MAI 13H30 près du Tribunal de Grande Instance de Nice.

———————————————————————–

TOUS SOLIDAIRES :

https://www.change.org/p/solidarit%C3%A9-avec-les-solidaires 

https://www.helloasso.com/associations/association-pour-la-democratie-a-nice-adn/collectes/solidarite-avec-les-solidaires

Autres réponses à M. Ciotti : D. Nakache, M. Injey … et l’article du « Ficanas »

Posté : 3 janvier, 2017 @ 2:53 dans Communiqué officiel, Medias : Articles presse Radios, Réfugiés - Migrants, Soutien aux sans-papiers | Pas de commentaires »

https://blogs.mediapart.fr/david-nakache/blog/301216/non-m-ciotti-ne-peut-etre-president-du-conseil-departemental-des-alpes-maritimes

Non, M. Ciotti ne peut être Président

du Conseil Départemental des Alpes-Maritimes

Comme le Préfet Leclerc avant lui, Eric Ciotti perd ses nerfs et déverse sa colère et son extrême agitation dans les colonnes de Nice Matin. Il y signe une diatribe rageuse suite à l’élection par les lecteurs du journal de Cedric Herrou comme « Azuréen de l’année ». Occasion pour le député d’entretenir un amalgame coupable entre menace terroriste et accueil des migrants.

Comme le Préfet Leclerc avant lui (lire ici), Eric Ciotti perd ses nerfs et déverse sa colère et son extrême agitation dans les colonnes de Nice Matin, où il signe une diatribe rageuse.

Avant même de poursuivre, témoignons ici notre compassion à l’égard de l’équipe de rédaction dudit journal, qui doit vivre dans l’angoisse quotidienne de la réception d’une nouvelle tribune courroucée d’une autorité locale hyperactive.

Venons-en au fait : le quotidien publie en ligne un sondage pour élire l’azuréen de l’année. Parmi ceux-ci figure Cédric Herrou, citoyen solidaire qui est venu en aide aux migrants dans la vallée de la Roya. Et là, catastrophe : des citoyens, lecteurs du journal en ligne, plébiscitent la solidarité. Cédric Herrou est élu « azuréen de l’année » par 55% des suffrages, soit 4257 voix sur 7677.

Oh rage ! Oh désespoir ! Oh presse libre, traîtresse ennemie ! Quoi ? Comment ? Est-ce vraiment possible ? Un suffrage échapperait donc à tout contrôle dans les Alpes-Maritimes ?

Eric Ciotti vocifère et lance uns à uns tous les amalgames possibles, même si répondre à chacun serait ici trop long :

Non, M. Ciotti, tant que M. Herrou n’a pas été jugé, il est présumé innocent (et vous avez vous-même rappelé ce principe quand vous souteniez un certain candidat aux nombreuses affaires en cours).

Non, M. Ciotti, les actions des citoyens solidaires ne constituent pas des insultes aux forces de l’ordre, et de nombreux gendarmes, policiers et militaires font preuve de bien plus d’humanité que vous.

Non, M. Ciotti, un migrant souhaitant demander l’asile n’est pas dans l’illégalité et il ne le sera que s’il demeure sur le territoire national après refus de sa demande d’asile.

Non, M. Ciotti, le Conseil Départemental dont vous êtes le Président n’assume pas ses obligations légales de prise en charge des mineurs isolés relevant de la protection de l’enfance.

Non, M. Ciotti, ce n’est pas parce que des djihadistes ont pu s’infiltrer parmi les réfugiés que la France doit renoncer à sa politique d’hospitalité et bafouer les conventions internationales qu’elle a ratifiées. Faire un amalgame volontaire entre secours porté aux migrants et menace terroriste est indigne d’un élu de la Nation.

Non, M. Ciotti, la solidarité n’est pas un délit. La solidarité est un geste naturel de l’homme, mû par une empathie innée qui le pousse à aider son prochain. Certains expliquent cela par une approche anthropologique, d’autre par un discours religieux consistant à aimer son prochain comme soi-même, d’autre encore appellent cela d’un nom pour vous étrange et inquiétant : l’humanisme.

Vous ponctuez votre texte d’un « Non, M. Herrou ne peut pas être l’Azuréen de l’année » niant ainsi le vote qui a eu lieu.

Alors non, M. Ciotti ne peut pas être député de la Nation. Non, M. Ciotti ne peut pas être Président du Conseil Départemental des Alpes-Maritimes. Non, puisque l’on peut apparemment passer outre les suffrages exprimés et nier la réalité, je déclare que M. Ciotti, compte tenu de son inaptitude fondamentale à comprendre ce qui fait l’humanité du genre humain ne peut, en aucun cas et d’aucune manière, nous représenter.

———————————————————————————————————————————————————————

Communiqué de Robert INJEY (facebook)

Cédric Herrou est désigné par les lecteurs de Nice-Matin « Citoyen de l’année » et Éric Ciotti hurle sa colère, pour ne pas dire sa haine.
Normal, bien qu’il se revendique de la civilisation chrétienne et qu’il installe une crèche dans les locaux du conseil départemental, Éric Ciotti a depuis longtemps perdu le sens des valeurs humaines, celle de la solidarité, de la fraternité, de l’aide à son prochain. Des dizaines de milliers de réfugiés sont morts dans le désert, en méditerranée, otages des guerres et de l’exploitation de la misère humaine et Ciotti nous propose d’enfoncer la tête de ceux qui survivent et d’enfermer ceux qui les soutiennent! Monsieur Ciotti vous vous êtes fait une spécialité de stigmatiser et de vous attaquer aux plus précaires (l’affaire de la suppression des allocs) et aux réfugiés. C’est une constante chez vous . Et bien contrairement à votre attitude, celle de Monsieur Herrou fait honneur aux valeurs de la République et aux valeurs humaines

———————————————————————————————————————————————————————

https://leficanas.com/

Non Monsieur Ciotti, votre département n’est pas uniquement ségrégationniste.

Le quotidien local, Nice-Matin, avait décidé d’organiser l’élection de l’azuréen de l’année. Les lecteurs ont alors choisi Cédric Herrou, le fameux citoyen solidaire qui est venu en aide aux migrants dans la vallée de la Roya. Il est élu par 55% des voix des 4.257 lecteurs du journal qui ont participé à ce scrutin.

Cédric Herrou est un agriculteur de 37 ans qui, avec son association, a pris sous son aile des migrants. Ils viennent de Vintimille car si la France surveille la frontière avec l’Italie, elle a oublié celle de la vallée de la Roya. Une habitante de la vallée raconte : « Ce sont des gens qui sont en mauvaise santé, qui sont épuisés, qui voyagent depuis des mois. Ils prennent énormément de risques pour passer la frontière, passent par des routes super dangereuses. Souvent, ils marchent de nuit, pour se cacher des autorités qui les traquent. Longent les lignes de chemin de fer, l’autoroute, dorment dans des fourrés ou sous les tunnels. Comme des fantômes. »

ciotti-herrou

Les habitants ont été très émus par la situation de ces pauvres gens et ont décidé de s’organiser ; ils ont fondé une association « Roya citoyenne » et le soir apportent des sandwichs aux migrants affamés, mais en cachette. Cédric Herrou a décidé lui d’héberger chaque soir entre 15 et 40 personnes sous son toit. Ils restent environ une semaine et des médecins viennent les soigner. Le citoyen solidaire dit : « Moi je vois des gamins de 16 ans, qui se sont fait sortir de leur pays par la guerre, la dictature, à qui leurs parents manquent. » Cédric Herrou risque 5 ans d’emprisonnement et 300.000 euros d’amende pour « aide à l’entrée, à la circulation et au séjour d’étrangers en situation irrégulière ». Le procès déjà reporté aura lieu le 4 janvier à Nice. Et il ne sera pas de tout repos car l’avocate de Mr Herrou, Maître Françoise Cotta, a fait remarquer que « les Alpes-Maritimes sont une zone de non- droit, même la politique gouvernementale n’est pas appliquée » et elle ajoute « Christian Estrosi (président de Région) et Eric Ciotti (président du Département) disent qu’ils ne veulent pas de réfugiés chez eux. Mais l’aide sociale à l’enfance a l’obligation de prendre en charge les mineurs. On veut absolument que les pouvoirs publics prennent leurs responsabilités. »

Alors les autorités locales attaquent par voie judiciaire : jugement d’un enseignant qui a fait monter trois Erythréennes dans sa voiture, mise en garde à vue d’une dizaine d’habitants de la vallée Etc. Mais il faut dire que la nomination de Cédric Herrou a semble-t-il fait péter les plombs à Eric Ciotti. Et c’est dans un long article à Nice-Matin qu’il affirme que Herrou ne peut pas être l’azuréen de l’année car il va passer en correctionnelle le 4 janvier. Car pour le président du département l’affaire est déjà jugée ! La présomption d’innocence, il ne connaît pas. La protection des mineurs n’est pour lui qu’un moyen d’apitoyer les gens. Il ajoute même « Son action est une insulte aux policiers, aux gendarmes et aux militaires de Sentinelle » !

nice-matin-30-112-2016-ciotti

Il est vrai que lorsque qu’une centaine de migrants traversent les Alpes-Maritimes, les habitants proches de la droite populiste et de l’extrême-droite se calfeutrent chez eux en priant pour ne pas être massacrés. Serait-ce là l’électorat de Monsieur Ciotti ? Est-ce pour cela qu’il se refuse à toute humanité ? Est-ce pour cela qu’il ne veut pas, avec Christian Estrosi, de places d’hébergement ?

Mais rassure-vous Monsieur le président du Conseil départemental, il existe encore des azuréens qui ont le sens de la générosité, du partage, de la charité, de l’humain. Désolé pour vous.

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

COMMUNIQUE-REPONSE du 0.12.2016 de ROYA CITOYENNE au COMMUNIQUE DE M. CIOTTI

Posté : 3 janvier, 2017 @ 2:23 dans Communiqué officiel, Réfugiés - Migrants | Pas de commentaires »

L’association Roya Citoyenne a pris acte de l’élection de Cédric HERROU comme Azuréen de l’année. 
 Ca fait du bien la main tendue, l’humanité, en cette fin d’année…

Mais Monsieur Ciotti est en colère !

Tellement en colère qu’il en oublie la présomption d’innocence à quelques jours d’un procès…et qu’il impute à une seule et même personne, la multiplication des morts en méditerranée, celle des trafics et des criminels, le risque de passage de futurs terroristes…..
Tellement en colère qu’il cautionne la non assistance à personnes en danger quand il s’agit d’ africains.
Ce que Monsieur Ciotti ne supporte pas, c’est que des citoyens se mobilisent pour faire ce que lui et le gouvernement refusent de faire au mépris des lois nationales et internationales qui sont censées protéger les réfugiés.
Ainsi, l’UNICEF dénonce l’attitude des autorités françaises envers les mineurs: « ils sont renvoyés en Italie par la Police aux Frontières au même titre que les adultes sans que leur statut d’enfant à protéger soit pris en considération au mépris des engagements internationaux ratifiés par la France » (Nice-Matin du 18-12-2016).
Pourquoi n’a-t-il pas profité de sa venue à Sospel pour venir constater ce que nous vivons en tant que citoyens habitant dans la vallée de la Roya, alors que nous l’avons invité plusieurs fois? A-t-il peur d’être confronté à la réalité, voire pire à un réfugié?
Non Cédric Herrou n’est pas seul à aider les réfugiés : nous ne pouvons, comme monsieur Ciotti, nous abriter derrière des certitudes, nous ne pouvons qu’aider les personnes souvent mineures qui arrivent devant chez nous, incarnant ainsi les valeurs d’accueil et d’hospitalité que la France a tendance à oublier. Nous sommes de plus en plus nombreux à aider les réfugiés, quelles que soient nos convictions politiques ou religieuses et nous continuerons à le faire tant que les carences des responsables politiques nous y obligeront. 
Monsieur Ciotti semble oublier l’article 3 de la convention internationale des droits de l’homme: « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne ». Tous ceux qui, comme Cédric Herrou, tendent la main à ceux qui souffrent, sont l’honneur de notre République. 
Nous comptabilisons à ce jour déjà au moins 5 morts et de nombreux blessés par mise en danger.

Ça suffit !

Personne ne parle d’ouvrir « un nouveau Calais » mais le problème ici, comme à Calais, ce n’est pas les réfugiés, c’est la fermeture des frontières qui rend le passage difficile et crée une accumulation impossible à gérer humainement, comme nous le constatons à Vintimille. C’est pourquoi nous demandons d’ouvrir un centre d’accueil, de soin, d’information juridique … pour les réfugiés qui arrivent à passer malgré tout et qui continueront à le faire car ils n’ont plus rien à perdre. Nous demandons qu’ils puissent faire une demande d’asile ou, comme ils le désirent la plupart du temps, continuer leur chemin pour la faire dans le pays de leur choix.
Quand la Grèce et l’Italie se retrouvent en première ligne pour accueillir des centaines de milliers de réfugiés, la France doit prendre sa part de l’effort humanitaire.

ROYA CITOYENNE

L’Azuréen de l’année : Cédric HERROU élu par les internautes lecteurs de Nice matin

Posté : 1 janvier, 2017 @ 8:55 dans Communiqué officiel, Medias : Articles presse Radios, Réfugiés - Migrants | Pas de commentaires »

Cédric est élu

 

Et l’Azuréen de l’année 2016 est…


  •  COTE-D-AZUR VIE LOCALE PAR LA RÉDACTION Mis à jour le 28/12/2016 à 22:10 Publié le 29/12/2016 à 07:00
L'Azuréen de l'année : Cédric HERROU élu par les internautes lecteurs de Nice matin dans Communiqué officiel azureen-de-lannee

Vous avez élu Cédric Herrou, symbole de l’aide aux migrants, comme Azuréen de l’année. Jean-Pierre Rivère se hisse à la deuxième place du podium, suivi de près par Eva Barilaro.

Avec 55% des suffrages (4.257 voix sur 7.677), vous avez plébiscité Cédric Herrou, l’agriculteur breillois, protecteur des migrants dans la Roya.

Âgé de 37 ans, il incarne l’espoir pour les uns et suscite l’exaspération pour d’autres. « Je ne suis pas vraiment étonné de ce vote. Il montre que le problème migratoire est une lutte partagée par des milliers de personnes. Les citoyens sont favorables à l’ouverture d’un centre d’accueil pour migrants dans le département et ce n’est pas la volonté d’une poignée de militants d’extrême gauche », confie-t-il.

Derrière lui, le président de l’OGCN Jean-Pierre Rivère. Il cumule 11% des votes, avec 866 voix. 

La troisième place du podium revient à Eva Barilaro. La jeune Monégasque, souffrant d’une maladie auto-immune qui entraîne la chute des poils et des cheveux, a rassemblé 9% des suffrages, avec 698 voix. 

 

Réponse de Ciotti suite à l’élection de Cédric comme « azuréen de l’année »

Posté : 1 janvier, 2017 @ 8:47 dans Communiqué officiel, Medias : Articles presse Radios, Non classé | Pas de commentaires »

fichier pdf NM 30-12-2016 Ciotti vs Herrou

LETTRE OUVERTE DE ROYA CITOYENNE AUX AUTORITES CIVILES ET RELIGIEUSES : pas de trêve hivernale ?

Posté : 22 décembre, 2016 @ 3:29 dans Communiqué officiel, Réfugiés - Migrants | 1 commentaire »

Lettre à télécharger au format pdf : fichier pdf lettre dec 2016 accueil hiver (1)

 

Breil-sur-Roya, le 22 décembre 2016.

Association Roya citoyenne
roya-citoyenne@riseup.net / royacitoyenne@laposte.net

Adresse postale : Association Roya citoyenne
C/o Herrou
Quartier Veil
06540 BREIL-sur-ROYA

 

A l’attention de :

M. Leclerc, Préfet des Alpes-Maritimes                                                                                                         M. Ciotti, Président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes                                                                              Mgr. Marceau, Evêque de Nice                                                                                                            M.  Ioculano, Maire de Ventimiglia
Mme le Maire de Saorge, MM. les Maires de Tende, La Brigue, Fontan, Breil/Roya

 

Copie pour information à :

Sa Sainteté le Pape
M. le Député de Menton-Roya-Bévéra
M. le Président de la CARF
Mme et M. les Conseillers départementaux Roya-Bévéra-Paillons

 

Objet : Hiver 2016, pas de trêve de Noël pour les réfugiés ?

 

M. le Préfet, Monseigneur, M. le Président, Mme et MM. Les Maires,

 

Depuis des mois, les centaines de réfugiés bloqués à Vintimille en Italie se voient refuser l’entrée sur le territoire français.

Malgré une forte et coûteuse mobilisation policière, nombre d’entre eux réussissent à passer en France et se retrouvent dans la vallée de la Roya, dans des conditions déplorables de fatigue, de santé, de froid et de faim.

De nombreux citoyens solidaires, malgré les menaces policières et judiciaires, leur apportent leur soutien, de la nourriture et un hébergement. Ils se substituent ainsi aux carences des États et des autorités locales, tant du côté italien que du côté français. Le comble de l’ignominie est atteint lorsque ces élans de solidarité et de générosité sont interdits et attaqués par les autorités elles-mêmes défaillantes.

 Alors que donner à manger à un chien ou un chat semble naturel, comment peut-on interdire de nourrir un être humain comme en a décidé la municipalité de Vintimille ?

Dans cette ville, la police fait la chasse à quiconque donne du pain à des réfugiés affamés au lieu de mettre à la disposition des associations un lieu pour confectionner des repas chauds ! (comme demandé par Roya Citoyenne qui a essuyé un refus).

Côté français, c’est le président du Conseil départemental qui, parlant des habitants de la Roya solidaires des réfugiés, demande de « traquer sans complaisance ceux qui exploitent la détresse humaine ».

C’est le nouveau Préfet, représentant du Gouvernement, qui fait pression sur la mairie de Breil pour qu’elle renonce à ouvrir une petite structure d’accueil avec Médecins du Monde, au risque de laisser des réfugiés mourir de froid sur nos routes ou voies ferrées.

C’est l’évêque de Nice qui déclare dans Nice Matin (19/12/16) « …l’action des pouvoirs publics ne doit pas être guidée seulement par la crainte d’un Calais bis. Il est possible de créer des structures légères d’accueil passager avec des associations caritatives ayant pignon sur rue ».

Devons-nous comprendre qu’il va soutenir  le projet d’accueil de nuit au presbytère de St-Dalmas-de-Tende,  alors qu’il vient d’être abandonné suite au changement de serrure effectué par un auteur anonyme ?

C’est le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France qui écrit (15/12/16), « nous ne pouvons pas fermer les yeux sur la situation des personnes réfugiées chez nous. Nous devons les accueillir et les accompagner dans la durée… À l’approche de Noël, nous appelons tous nos concitoyens à ne pas baisser les bras et à se montrer solidaires de ceux, proches et lointains, qui souffrent ».

Nous ne pouvons que nous réjouir de cette déclaration !

N’oublions pas la devise de notre République gravée aux frontons de nos mairies et de nos écoles : « Liberté, Égalité, Fraternité ».

Nous continuerons d’être solidaires des réfugiés qui sont à nos portes.

 

Nous renouvelons nos demandes :

- de pouvoir participer à l’accueil des réfugiés à Vintimille par l’apport de nourriture, etc.

- d’ouverture d’un lieu dans la Roya pour mettre les réfugiés à l’abri et leur apporter soins et nourriture

- en direction des collectivités (en particulier le Département) et des États, de revoir leur politique d’asile pour la mettre en conformité avec la Loi sur la protection des mineurs et avec les Conventions internationales sur le droit d’asile notamment.

Nous sommes à l’entière disposition de toutes autorités civiles ou religieuses qui souhaitent nous rencontrer pour trouver ensemble des solutions.

Veuillez recevoir l’expression de notre très haute considération citoyenne, 

Le Conseil d’administration de Roya citoyenne.

 ————————————————————————————————————————————————–

LETTRE EN ITALIEN

Lettre en italien à télécharger au format pdf : fichier pdf lettre-dec-2016-accueil-hiver-1 ital

Breil-sur-Roya,  22 dicembre 2016.

Association Roya citoyenne roya-citoyenne@riseup.net / royacitoyenne@laposte.net Indirizzo postale : Association Roya citoyenne

c/o Herrou Quartier Veil

06540 BREIL-sur-ROYA

Alla cortese attenzione di:

Sig. Leclerc, Prefetto delle Alpi-Marittime

Sig. Ciotti, Presidente del Consiglio dipartimentale delle Alpi-Marittime Mons. Marceau, Vescovo di Nizza

Sig.  Ioculano, Sindaco di Ventimiglia

La Sig.a Sindaca di Saorge, i Sigg.  Sindaci di Tende, La Brigue, Fontan, Breil/Roya

 

Copia per conoscenza a:

Sua Santità il Papa

Sig. Deputato della circoscrizione Roya-Bévéra

Sig. Presidente della CARF

Sigg. Consiglieri dipartimentali Roya-Bévéra-Paillons

 

Ogg.: Inverno 2016, nessuna tregua di Natale per i rifugiati?

 

Sig. Prefetto, Monsignore, Sig. Presidente,  Sigg. Sindaci,

 

Sono mesi che le centinaia di  rifugiati bloccati a Ventimiglia in Italia si vedono rifiutare l’ingresso sul territorio francese.

Nonostante una forte e costosa mobilitazione delle forze di polizia, molti di loro riescono a passare in Francia e si ritrovano nella Valle della Roya in condizioni deplorabili di fatica, di salute, di freddo e fame.

Numerosi cittadini solidali offrono loro sostegno, cibo e ospitalità malgrado le minacce delle forze dell’ordine  e giudiziarie, facendo fronte così alle carenze degli Stati e delle autorità locali tanto da parte italiana quanto francese. Nel momento in cui tali slanci di solidarietà e generosità vengono vietati e attaccati da parte delle autorità, esse stesse inadempienti, si raggiunge il colmo dell’ignominia.

Dare da mangiare a un cane o a un gatto sembra qualcosa del tutto normale, e allora come si può vietare di nutrire un essere umano, come è stato deciso dalla municipalità di Ventimiglia?

In questa città, la polizia persegue chiunque dia del pane ai rifugiati affamati anziché mettere a disposizione  delle associazioni un luogo per confezionare pasti caldi (come è stato chiesto da Roya Citoyenne, ottenendone un rifiuto)!

Da parte francese, è il presidente del Consiglio dipartimentale che, parlando degli abitanti della Roya solidale ai rifugiati, richiede di perseguire senza compiacenze coloro che sfruttano la miseria umana”.

 

E’ il nuovo Prefetto, rappresentante del Governo, che esercita pressioni sul Comune di Breil affinché rinunci ad aprire una piccola struttura di accoglienza con Médecins du Monde, con il rischio di lasciare i rifugiati morire di freddo sulle nostre strade e linee ferroviarie.

 

E’ Il vescovo de Nizza che dichiara su Nice Matin (19/12/16) “ …l’azione dei poteri  pubblici  non deve essere guidata solo dalla paura di una Calais bis. E’ possibile creare strutture leggere di accoglienza transitoria insieme alle associazioni caritative dedicate”.

 

Dobbiamo pensare dunque che egli sosterrà il progetto di accoglienza notturna presso il presbiterio di St- Dalmas-de-Tende, progetto che ha dovuto essere abbandonato  a causa del fatto un anonimo ha cambiato di nascosto la serratura?

 

E’ il Consiglio permanente della Conferenza episcopale di Francia che scrive (15/12/16),

 

noi non possiamo chiudere gli occhi sulla situazione delle persone rifugiate nel nostro Paese. Dobbiamo accoglierle e accompagnarle nel tempo… Con l’avvicinarsi del Natale, facciamo appello a tutti i nostri concittadini di non arrendersi e mostrarsi solidali con quanti, vicini e lontani, stanno soffrendo”.

 

Possiamo solo rallegrarci di questa dichiarazione!

 

Non dimentichiamo il motto della nostra Repubblica inciso sui frontoni dei nostri Comuni e scuole: “Liberté, Égalité, Fraternité”.

 

Noi continueremo a essere solidali con i rifugiati che si trovano vicino a noi.

 

Ripetiamo le nostre richieste:

 

-   di poter partecipare all’accoglienza dei rifugiati a Ventimiglia portando cibo, ecc.

 

-   di aprire di un luogo nella Val Roya per mettere i rifugiati al sicuro e apportare loro cure

 

   e cibo

 

-   alle collettività (in particolare il Dipartimento) e agli Stati, di rivedere la loro politica 

 

   d’asilo per conformarla alla Legge sulla protezione dei minori e alle Convenzioni  

 

   internazionali in particolare in materia di diritto d’asilo.

 

Restiamo a completa disposizione di tutte le autorità civili o religiose che desiderino incontrarci per trovare soluzioni insieme.

 

Con i nostri più cordiali saluti,

 

 

 

                                                                         Il Consiglio di Amministrazione de Roya Citoyenne.

UNICEF : « La protection de l’enfance doit s’exercer aussi à la frontière franco-italienne »

Posté : 20 décembre, 2016 @ 2:06 dans Communiqué officiel, Mineurs Isolés Etrangers | Pas de commentaires »

Unicef - MNA frontière franco italienne-page-001Article à télécharger au format pdf : fichier pdf Unicef – MNA frontière franco italienne

i

1234
 

collectivités territoriales... |
l'agenda de la section |
Europe Ecologie - Canton Sa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aidedeveloppementafrique
| rouletabille
| Quand la vérité blesse