ROYA CITOYENNE – Résistances en Roya

solidarité, renforcement du réseau social, réflexion sur des projets de société respectueux de l'humain et de la nature…

Archive pour la catégorie 'Medias : Articles presse Radios'

Un film à visionner absolument, ici : « Exode »

Posté : 28 février, 2017 @ 2:07 dans Medias : Articles presse Radios, Réfugiés - Migrants | Pas de commentaires »

Cliquez sur ce lien : https://www.change.org/p/d%C3%A9claration-d-aide-aux-r%C3%A9fugi%C3%A9s

puis tapez le mot de passe « exode« .

Ce film a été fait avec les images prises depuis des smartphones donnés à des réfugiés, qui peuvent ainsi témoigner directement de leur terrible périple.

Cynisme et Cruauté à PARIS comme à Vintimille : Media « Ces Français hors-la-loi qui distribuent des repas malgré les interdictions » / « BASTAMAG »

Posté : 18 février, 2017 @ 1:37 dans Citoyens solidaires, Medias : Articles presse Radios | Pas de commentaires »

https://www.bastamag.net/Ces-Francais-hors-la-loi-qui-distribuent-des-repas-aux-migrants-malgre-les

Témoignages Solidarité

Ces Français hors-la-loi qui distribuent des repas
aux migrants malgré les interdictions et la répression

par Claudie Rambaud, Claudine Avram, Jean-Noël Fessy 10 février 2017

Cynisme et Cruauté à PARIS comme à Vintimille : Media

Cédric Herrou vient d’être condamné, ce 10 février, à 3 000 euros d’amende avec sursis. Son délit : avoir refusé d’abandonner des migrants au bord des routes dans la vallée franco-italienne de la Roya. Sur place, la résistance ne faiblit pas. Claudine, Jean-Noël et Claudie font partie des paysans de la vallée qui, au sein de l’association Roya citoyenne, cuisinent et distribuent des repas aux centaines de réfugiés bloqués à Vintimille. « Une interdiction de nourrir les migrants est en vigueur à Vintimille, sous prétexte de normes d’hygiène, nous sommes donc hors-la-loi. » Comment s’organisent-ils face à la répression policière et judiciaire croissante ? Témoignage.

Les migrants réfugiés continuent d’affluer à Vintimille, à la frontière entre la France et l’Italie. Quand nous avons commencé fin mai 2016, ils « squattaient » d’abord à la plage, puis sous un pont routier. Sans aucune aide officielle – ni nourriture, ni sanitaire – sauf celle procurée par des jeunes volontaires venus de toute l’Europe, dont des membres du réseau « No border ». La Croix Rouge italienne (Croce Rossa) a même été renvoyée, jugée inutile par le ministère de l’Intérieur dont elle dépend.
 Ensuite, le Pape ayant secoué les paroissiens italiens, les migrants ont été hébergés à l’église Sant’Antonio. Des sanitaires et de la nourriture ont en partie été fournis par des associations françaises et italiennes bénévoles. Ils étaient alors déjà près d’un millier.

Un centre géré par la Croce Rossa a ensuite revu le jour à quelques kilomètres du centre-ville, d’une capacité d’accueil officielle de 350 places, uniquement pour les hommes. Une capacité largement dépassée depuis jusqu’à laisser des dizaines voire des centaines de personnes dormir dehors – difficile de vérifier car l’accès du site nous est interdit. Ces hommes sont libres d’aller et venir, bien traités, mais apparemment pas assez nourris. Il suffit de voir le nombre de mains tendues lors de nos distributions. L’église est maintenant réservée aux familles et femmes seules.

Face à cette situation, il était difficile pour nous de ne rien faire. La vallée de la Roya est à une demi-heure en moyenne de Vintimille. Des habitants, à l’initiative de l’Association Roya Citoyenne, se sont organisés pour assurer des repas distribués en maraudes chaque soir, en allant ainsi à la rencontre des réfugiés dans la ville. Ce fut d’abord cinq jours par semaine, puis chaque soir grâce à des forces extérieures venues nous rejoindre à partir de Nice et d’autres vallées de l’arrière-pays .

Nos repas sont préparés chez l’un ou l’autre par quelques cuisiniers et cuisinières de fortune. Cet été, de nombreux paysans et paysannes solidaires de par chez nous ont offert des fruits et légumes frais en grande quantité. Nous essayons depuis le début de l’hiver de cuisiner des repas consistants mais n’avons pas encore réussi à trouver des containers isothermes assez grands pour servir chaud. Puis une ou deux voitures descendent. La distribution se fait la plupart du temps à la sauvette car souvent les carabiniers italiens interviennent plus ou moins énergiquement. Cela va des contrôles d’identité jusqu’à la reconduite à la frontière pour empêcher la distribution.

Il faut savoir qu’une interdiction de nourrir les migrants est en vigueur à Vintimille, sous prétexte de normes d’ hygiène, et que nous sommes donc hors-la-loi. La municipalité oppose aussi le fait que les réfugiés sont bien nourris au camps de la Croix Rouge, ce qui est infirmé par les personnes concernées. Des tractations sont en cours avec la mairie de Vintimille pour obtenir une accréditation qui permettrait l’accès au camp, de cuisiner sur place et de servir chaud. Et aussi, très important, d’avoir le temps de discuter, échanger des sourires sans la crainte de l’ arrivée des carabiniers.

Nos maraudes sont entièrement financées par les dons adressés à notre association. Peu à peu les conditions s’améliorent, du matériel de cuisine nous est offert par d’autres associations partenaires. Depuis la trêve de Noël, les forces de l’ordre n’interviennent pas ou très peu mais les choses ne sont jamais définitives…

Nous distribuons de 150 à 250 portions chaque fois, en fonction des possibilités. Les maraudeurs font chaque soir un compte rendu par courriel pour celles ceux qui vont descendre le lendemain. Nous participons aussi à l’accueil de réfugiés qui arrivent chez nous. Notre association, Roya citoyenne, est de plus en plus connue, soutenue et aidée, mais débordée. Et puis il y a le président du département, le « Duciotti » [surnom péjoratif donné à Éric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes, ndlr] qui ne cesse d’aboyer. Mais la caravane passe…

Jean-Noël Fessy, Claudine Avram et Claudie Rambaud (paysannes dans la Roya)

————————————————————————————————————————————

De VINTIMILLE à CALAIS en passant par PARIS,

la même administration scélarate, indigne, déshumanisante

des réfugiés et des citoyens solidaires :

« Où est la ville refuge dont nous parle notre maire,
Anne Hidalgo ? »

ACTION :
Vous pouvez copier, reformuler, transformer, faire passer à vos amis, comme vous voulez, qu’on soit nombreux à faire de même, et, à PARIS, qu’on aille ensuite dans les conseils de quartier ou les conseils d’arrondissement pour leur demander des comptes.

Ce n’est pas difficile de trouver les noms des élus de vos arrondissements, il sont là :
http://www.mairie19.paris.fr/mairie19/jsp/site/Portal.jsp?page_id=26
http://www.mairie18.paris.fr/mairie18/jsp/site/Portal.jsp?page_id=16
http://mairie10.paris.fr/mairie10/jsp/site/Portal.jsp?page_id=72
etc.

Après il suffit de composer leur adresse : prenom.nom@paris.fr

Où est la ville refuge dont nous parle notre maire, Anne Hidalgo ?

thomas sansom afp migrants la chapelle

Madame, Monsieur,

Je viens de recevoir les messages qui suivent plus bas.

Trop c’est trop.

Je viens vous demander, à vous, élus « de gauche » de la ville de Paris, quelles actions ont été engagées par la ville pour faire face à la violence sans cesse croissante des réponses -ou non-réponses- publiques qui sont opposées depuis deux ans à l’attente des personnes exilées venues chercher refuge sur le territoire parisien.

J’habite près du métro La Chapelle, où avait été dressé, on s’en souvient, l’un des premiers camps d’exilés pendant l’été 2015.

Voilà bientôt deux ans que s’expose sous nos yeux, chaque jour, d’une façon ou d’une autre, la honte de l’échec de la ville de Paris à offrir une hospitalité minimale à des personnes dévastées par la guerre et les conflits qu’elles ont fuis dans leur pays : espaces grillagés et gardés par des chiens, personnes poussées d’une friche à l’autre, déplacements et expulsions employant la force, grilles protégeant honteusement du vide quand des personnes ont été forcées de séjourner un temps sur un trottoir, pierres sans cesse plus monumentales pour empêcher qu’on s’y tienne…

Et aujourd’hui on interdit le simple acte d’offrir à manger et à boire.

Où est la ville refuge dont nous parle notre maire, Anne Hidalgo ?

Je ne peux pas comprendre, je ne pourrais pas comprendre, si c’était vraiment le cas, que les élus « de gauche » pour lesquels je n’ai cessé de voter depuis que je suis électrice à Paris n’interviennent pas face à une telle escalade de cynisme et de cruauté.

Je n’ose croire que cette violence et cette politique hallucinantes soit exercées en mon nom, au nom de tous les Parisien.ne.s que nous sommes, et qui n’ont jamais été consultés sur ces choix.

Je souhaite que cette question soit inscrite à l’ordre du jour des prochains conseils de quartier de mon arrondissement.

Je souhaite que nos élus viennent y exposer les raisons de leur(s) (non)intervention(s) face à la honte de cette politique menée depuis deux ans : d’un côté toute latitude laissée à une préfecture de police sans cesse plus inhumaine et plus violente ; de l’autre, le lâchage d’associations plus ou moins laissées à l’abandon (on l’a vu aux heures les plus froides de l’hiver), et empêchées chaque jour un peu plus dans leur action.

Comptant sur votre réaction,

je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations.

Dr Federmann Georges Yoram – Psychiatre Gymnopédiste – Strasbourg

Le 16/02/17 à 13:53 [message du Collectif La Chapelle] :

ALERTE ROUGE : Après les PIERRES pour empêcher les personnes non prises en charge de dormir, INTERDICTION préfectorale de distribution de NOURRITURE devant le centre pour demandeurs d’asile dit « humanitaire » initié par Mme Anne Hidalgo !

Merci à tous les Francilien.ne.s dispos aujourd’hui, ne serait-ce qu’une petite heure, de VENIR SUR PLACE Porte de La Chapelle et – même si vous êtes hostiles à l’approche humanitaire – d’apporter de la BOUFFE car visiblement, c’est devenu un geste POLITIQUE. 


Post du groupe Solidarité Migrants Wilson :
« 16/02 HONTEUX : par ordre du préfet, toute distribution de nourriture et de boisson autour du centre est désormais INTERDITE !

Après les retraits de couvertures, après les dispersions, APRÈS LES PIERRES, on passe à l’étape suivante : les migrants sont EMPÊCHÉS DE MANGER.
8H30 ce matin, alors qu’on va voir les policiers pour signaler notre présence, ils nous interdisent de distribuer. Ni devant le centre. Ni devant la déchetterie. Ni de l’autre côté du carrefour. Nulle part. Et pour faire bonne mesure, ils nous mettent deux amendes (5èmes amendes pour notre petit collectif) !
Nous avons vu, de loin, le document émanant de la préfecture, et qui détaillait toutes les localisations qui nous étaient interdites. Rassurons-nous, nous avons pu les distribuer, nos 45 litres de liquides et tous nos sacs d’invendus de boulangerie, mais dans quelles conditions ! Cachés bien au-delà du pont, sur un coin de trottoir dont on ne savait pas si on ne nous en délogerait pas encore, et où des centaines de migrants (300 gobelets partis ce matin) ont malgré tout réussi à nous trouver.
L’autre scandale c’est que désormais, c’est confirmé, il n’y a plus rien à manger ni à boire pour les migrants admis en accueil de jour à l’intérieur du centre ! Ils y passent la journée le ventre vide. Hier une famille y a été hébergée toute la journée et les bénévoles n’avaient même pas une bouteille d’eau à donner aux enfants. Et nous n’avons plus accès aux trottoirs du centre pour nourrir et réchauffer les hommes qui sont dans la file d’attente. »

Media : « Réfugiés, une nuit sur les rails » / Lisa Giachino pour « L’âge de faire »

Posté : 18 février, 2017 @ 1:29 dans Medias : Articles presse Radios, Mineurs Isolés Etrangers | Pas de commentaires »

http://www.lagedefaire-lejournal.fr/refugies-nuit-rails/

Réfugiés, une nuit sur les rails

Media :

Six adolescents érythréens voulaient quitter la vallée de la Roya, où ils étaient bloqués depuis trois semaines, pour rejoindre Nice. De tunnel ferroviaire en viaduc, récit de 20 km de marche et de leur expulsion illégale.

Nous marchons sur l’ancienne route du sel entre Nice et Turin, où sont passés des milliers de mulets chargés de marchandises. La voie est libre, Karine (1) a vérifié. Ça fait longtemps que Binam et Famiel n’ont pas vu le soleil. Depuis trois semaines, les deux garçons vivent reclus dans un studio prêté par Jeff et Karine. Trop risqué de sortir, avec les patrouilles de police. Ni Karine, ni Jeff ne savent par quel bout prendre ces ados timides qui comprennent à peine un peu d’anglais.
Pour briser leur isolement, ils ont organisé cette petite expédition chez leurs amis Theresa et Tom, qui vivent à l’écart du village et accueillent deux autres Érythréens. Les visages de Binam et Famiel s’éclairent quand Philemon et Seare, leurs copains, les saluent : une étreinte érythréenne, ponctuée de solides coups d’épaule.

Je ne les avais jamais vus sourire comme ça !

La voix de Biniam n’a pas encore mué, il ne doit pas avoir plus de 14  ans. Philemon et Saere ont 17 ans et plus d’assurance, surtout Philemon qui se débrouille bien en anglais. Ils sont devenus complices avec Theresa, qui déploie des trésors d’énergie pour communiquer avec eux. Elle a commencé avec Philemon un lexique anglais-tigrinya, écrit et sonore. Mais cet après-midi, elle est dans tous ses états : les garçons veulent partir.

LES ADULTES IMPUISSANTS
L’association Roya citoyenne a envoyé des demandes de protection à l’Aide sociale à l’enfance, qui a l’obligation légale de les prendre en charge. Pas de réponse. Et ce matin, quand ils ont appris la nouvelle arrestation de Cédric Herrou, figure emblématique de la solidarité avec les migrants dans la vallée, « leurs espoirs sont tombés à terre », explique Theresa.
Après l’Éthiopie, le Soudan, la Libye et l’Italie, où ils ne se voyaient pas d’autre avenir que dans les camps de la Croix Rouge, ils sont partis à pied de Vintimille, côté italien, et ont remonté la vallée jusqu’aux villages français. De là, pour rejoindre Nice, il faut soit repasser par Vintimille, soit suivre les 76 lacets de la route de Sospel. Mais toutes les issues sont verrouillées par les forces de l’ordre.

Ils veulent avancer. Leur rêve, c’est d’aller en Allemagne.

12-ok.jpg
Blottis les uns contre les autres, les quatre garçons jouent du téléphone, font des plans pour partir ensemble le soir même, à pied, en suivant le chemin de fer.

13-ok.jpg

Theresa a dessiné un schéma avec des flèches pour bien leur faire comprendre que s’ils partent, ils ont 90 % de chances d’être interceptés et de retourner à Vintimille. Peine perdue, leur décision est prise.

14-ok.jpg

Impuissants, les adultes ne peuvent que remplir leurs sacs à dos de nourriture et les habiller chaudement.Rendez-vous à 22 heures, sous le tunnel de la gare de Saorge-Fontan. Jusqu’à 5 heures du matin, aucun train ne circule sur cette voie. Le but est de passer Sospel et d’embarquer au petit matin, à la gare suivante, dans un train pour Nice, après 20 km de marche.

Come with me

Philemon, Sarvey, Binam et Seare sont rejoints par un jeune homme et par Danaé, une jeune fille de 16 ans coiffée d’un bonnet à pompon.
Étreintes et coups d’épaules, puis on se met en route. En compagnie de ces six ados qui papotent dans leur langue, on croirait presque une excursion de colonie de vacances. Le moniteur, c’est Philemon, qui montre le chemin, donne le rythme, vérifie que tout le monde va bien. En tant que plus vieille brebis du troupeau, j’ai droit à sa sollicitude. Quand je trébuche sur le ballast, Philemon me dit « Come with me » et me donne la main. Dans les tunnels, à l’abri du vent et des regards, nous pouvons allumer les lampes. À la sortie, il faut éteindre et continuer dans le noir, en évitant de se cogner aux barres de fer des changements de voie. Heureusement, en quelques secondes, nos yeux s’habituent à l’obscurité et les étoiles nous éclairent. Les cailloux pointus font mal aux pieds. Sur les viaducs, on reste bien au milieu, sans un regard pour l’abîme.

CAILLOUX POINTUS
Au bout de 2 ou 3 heures, les jeunes posent leurs fesses sur le métal froid des rails, font tourner une canette de soda, croquent un sucre, puis repartent d’un bon pas après 5 minutes. Peu à peu, pourtant, la fatigue se fait sentir. Ce n’est pas seulement la marche qui est éprouvante, mais aussi la traversée des gares. Il faut se risquer en pleine lumière, avec la crainte de se retrouver dans les phares d’une voiture de la gendarmerie. Nous franchissons celle de Breil-sur-Roya, puis la plus risquée, Sospel, et enfin un tunnel de 6 km. Nous y sommes presque.

Ils nous tombent dessus à 3 heures du matin. Au début, je ne perçois que la lueur de leurs lampes et leurs cris, que je confonds avec des aboiements de chiens. Environ quinze soldats, gendarmes et policiers, qui pointent leurs armes sur nous. Certains braillent : « Y en a ! J’en ai 2 ! Ils sont 7 ! » Danaé s’accroupit et pleure. En voyant qu’ils ont affaire à des adolescents effrayés, les militaires se calment.
Nous embarquons pour la Paf de Menton. Les gamins ont des mines épouvantables, mais pas désespérées. Danaé me demande avec un sourire : « Nice ou Vintimille ? » Le lendemain à 13 heures, après avoir été enregistrés comme mineurs, ils seront mis dans le train pour Vintimille. En toute illégalité : un mineur isolé n’est théoriquement pas expulsable.

Lisa Giachino
…………………………………………….
1 – Les prénoms de cet article ont été modifiés.

Médias : Eric Ciotti en colère… – Réponse de Cédric H sur sa page Fbk

Posté : 18 février, 2017 @ 2:18 dans Citoyens solidaires, Communiqué officiel, Medias : Articles presse Radios, Non classé | Pas de commentaires »

Monsieur Ciotti,

Vous avez été scandalisé par mes propos dénonçant la course aux noirs et les reconduites illégales de mineurs isolés vers l Italie.
J’en suis navré
Vous avez beaucoup de chance de vivre dans un monde ou ces pratiques n’existent pas, ce qui n est pas le cas dans les Alpes Maritimes et je pense que vous devriez vous en préoccuper.

Ne pensez pas que je suis un anti-flic primaire, eux même m’avouent de respecter et de comprendre mon engagement, et d être impuissant face aux directives de non respect du protocole de réadmission à la frontière.
Les ordres sont clairs, interpeller du migrant et les reconduire à la frontière.
Désolé de vous l’apprendre mais les migrants sont Noirs.
Donc il serait malhonnête de ne pas admettre que le contrôle a la frontière est un contrôle au faciès et dans le cas contraire il n’y aurait pas eu 36.000 reconductions en 2016 …

Je voudrais vous remercier d avoir alerté Monsieur le Ministre de intérieur sur les directives intolérables du préfet des alpes maritimes
Cordialement,
Cédric Herrou

————————————————————————-

https://www.facebook.com/ECIOTTI/videos/1226866737404322/

http://www.nicematin.com/faits-de-societe/course-aux-noirs-eric-ciotti-exhorte-le-ministre-de-linterieur-a-deposer-plainte-contre-cedric-herrou-113632

SAMEDI 18/2 NICE 15 H place Garibaldi RASSEMBLEMENT EN SOUTIEN A THEO

Posté : 18 février, 2017 @ 1:27 dans Droits de l'homme - Société, Medias : Articles presse Radios, Mobilisation | Pas de commentaires »

ROYA CITOYENNE EST SIGNATAIRE DE CET APPEL :

Avec Théo et les autres victimes

Rassemblement à Nice, samedi 18 février 2017

15h – NICE – Pl Garibaldi

(Attention aux restrictions de circulation en raison du carnaval).

Premiers signataires : ADN, ACR, FSU 06, Habitat et Citoyenneté, Les amis de la liberté, LDH 06, MRAP 06, Nuit debout Nice, PCF 06, P.G 06, RESF 06, Thalès Menton, Tous citoyens !

Initiative nationale : Cran, Ligue des droits de l’Homme, Mrap, SOS Racisme, CGT et FSU

Les faits qui se sont produits à Aulnay-sous-Bois sont graves.

Le déni par les autorités policières, les déclarations racistes qui en ont suivi sont inacceptables. Inacceptables pour les premiers visés, qui supportent quotidiennement des contrôles dont chacun sait qu’ils n’ont qu’un très lointain rapport avec la réalité de la délinquance.

Inacceptables pour toutes celles et ceux qui souhaitent bénéficier d’une police respectueuse des personnes et de leurs droits, garante des libertés et de la sécurité publique.

Inacceptables, enfin, pour la police elle-même, dont l’honneur est entaché par ces comportements.

Lorsque des agents ayant autorité outrepassent leurs droits et violent ceux des autres, ils menacent le pacte républicain qu’ils sont chargés de défendre.

Les faits qui se sont déroulés à Aulnay sont d’une exceptionnelle gravité. Mais ils sont loin d’être isolés. Il est temps d’y porter un coup d’arrêt, temps de réaliser qu’au-delà des faits incriminés, c’est l’ordre public lui-même qui est mis en cause, et, avec lui, la sécurité de toutes et tous.

Nous rappelons avec force que la loi puise sa force dans le fait qu’elle vaut pour tous et que la République n’a d’avenir que dans le respect de sa devise.

C’est pourquoi nous appelons toutes celles et ceux qui ont à cœur les valeurs d’humanité, toutes celles et ceux qui veulent opposer l’égalité et la fraternité au racisme et au mépris social, toutes celles et ceux qui jugent urgent de rétablir la confiance entre les citoyens et les forces de l’ordre, à organiser un rassemblement largement unitaires de solidarité et de protestation le samedi 18 février 2017, à Nice, 15h Pl Garibaldi, en soutien à Théo, contre des dérives policières auxquelles il faut porter un coup d’arrêt.

Nous appelons le gouvernement à prendre la mesure de la gravité des événements et à prendre en compte les propositions portées par la société civile en matière de lutte contre le racisme et de sécurité publique.

———————————————————

* Communiqué du SAF (Syndicat des Avocats de France) téléchargeable au format pdf : fichier pdf Communiqué SAF THEO

Media : Nice matin 17/2/17 Réunion publique 16/2 Fac de Nice « Migrants, les étudiants aussi se sentent concernés »

Posté : 18 février, 2017 @ 1:19 dans Medias : Articles presse Radios, Réfugiés - Migrants | Pas de commentaires »

fichier pdf NM 17 02 17 étudiants et migrants NM 17 02 17  étudiants et migrants-page-001

Media : « Genova Repubblica » / Nice matin 17/2 « Le procès de Félix Croft » et « Cédric Herrou : Le parquet fait appel »

Posté : 18 février, 2017 @ 1:15 dans Citoyens solidaires, Droits de l'homme - Société, Medias : Articles presse Radios, Soutien aux sans-papiers | Pas de commentaires »

http://genova.repubblica.it/cronaca/2017/02/16/news/a_imperia_il_primo_processo_in_italia_a_un_passeur_solidale-158480661/

A Imperia il primo processo in Italia a un ‘passeur’ solidale

Un centinaio di persone hanno manifestato la solidarietà a Felix Croft, che ha accompagnato in Francia una famiglia di sudanesi provenienti dal Darfur

di PIETRO BARABINO - 16 febbraio 2017

A Imperia il primo processo in Italia a un 'passeur' solidale
Migranti a Ventimiglia 

Un centinaio di persone si sono ritrovate oggi a mezzogiorno di fronte al Tribunale di Imperia per manifestare la propria solidarietà a Felix Croft, cittadino francese a processo per “favoreggiamento dell’immigrazione clandestina”. Il ventottenne, che vive a Nizza ed è impegnato in attività umanitarie, era stato fermato da una volante dei carabinieri il 22 luglio 2016 all’altezza del casello autostradale di Ventimiglia mentre accompagnava verso la Francia una famiglia di sudanesi provenienti dall’area del Darfur. Felix aveva incontrato la famiglia, composta da una donna incinta con i figli di cinque e due anni, il marito e il fratello, mentre svolgeva attività di volontariato a Ventimiglia. Per chi accompagna persone senza documenti regolari oltre frontiera il testo unico sull’immigrazione prevede le stesse pene pensate per i trafficanti delle organizzazioni criminali che gestiscono i viaggi in mare, ovvero dai 5 ai 15 anni di detenzione e 15.000 euro per ogni persona accompagnata. Oggi sono stati ascoltati i testimoni delle parti, rimandando al 16 marzo alle 14.30 la seconda parte del dibattimento con richieste delle parti e sentenza.

. «Ho passato diversi mesi a Ventimiglia come volontario e ho conosciuto le storie drammatiche di molti migranti rimasti fermi alla frontiera» dichiara Felix Croft, che aggiunge: «Decine di persone sono morte nel tentativo di passare il confine, ho visto passeur che speculano sulla disperazione dei migranti e in alcuni casi li abbandonano a lato strada. La famiglia che ho accompagnato e avrei ospitato in casa aiutandoli a chiedere asilo in Francia si trovava in condizioni di estrema fragilità, avrebbero rischiato la vita per passare la frontiera, ho pensato fosse giusto aiutarli, penso di avere agito in base ai valori della Dichiarazione Universale dei Diritti dell’Uomo del 1948». L’attivista francese, incensurato, avrebbe potuto patteggiare e sfuggire al processo, ma ha deciso di andare avanti. «Puntiamo all’assoluzione – dichiara la legale del giovane francese Ersilia Ferrante, che opera per “Terres des Hommes” a Ventimiglia – perché il suo è stato un gesto di solidarietà e umanità, che non ha nulla a che fare con un reato che nasce per punire chi lucra sulla pelle dei migranti.»
A sostegno di Felix Croft e delle altre persone sotto processo per aver accompagnato gratuitamente profughi senza documenti a chiedere asilo in Francia, oltre 350 associazioni locali e nazionali francesi hanno sottoscritto una petizione su Change.org che ha già raccolto 24.000 firme. Così il portavoce di Amnesty International in Italia Riccardo Noury: «È paradossale che il diniego di diritti umani da parte degli stati produca, come conseguenza, che vengano perseguiti, anche con ipotesi di reato e di pena sproporzionati, i loro cittadini che cercano di aiutare i richiedenti asilo a far valere i loro diritti». Con il giovane attivista anche Medici Senza Frontiere, che è presente a Ventimiglia con uno sportello sanitario: «Riteniamo che l’aiuto debba essere imparziale verso coloro che ne hanno bisogno, al di là dello status giuridico di ognuno. Crediamo che condannare chi fornisce assistenza sia un modo cinico per giustificare il fallimento delle politiche di accoglienza e dei meccanismi di protezione dell’UE. Ancora una volta, si mette l’accento sulla deterrenza e la criminalizzazione della solidarietà invece che sui doveri di accoglienza e protezione.»

Per Walter Massa, coordinatore del sistema accoglienza dell’Arci: « Si criminalizza la solidarietà con la stessa foga con cui si perseguivano i partigiani durante la seconda guerra mondiale, criminalizzare la solidarietà è l’ultima delle nefandezze di un’Europa incapace, immatura e impaurita». Per atti di disobbedienza

civile analoghi ci sono già state due sentenze di sostanziale assoluzione a Nizza per l’insegnante Pierre-Alain Mannoni e per l’agricoltore Cédric Herrou, mentre quello contro Felix Croft è il primo e per ora unico procedimento penale previsto in Italia. Nei prossimi mesi si terranno altri nove processi a “passeur solidali” presso il tribunale di Nizza, uno dei quali a una giovane solidale italiana, martedì 4 aprile.

—————————————————————————————————————————–

Article en téléchargement format pdf : fichier pdf NM 17 02 17 procès Félix Croft NM 17 02 17  procès Félix Croft-page-001

Media : RFI 16/2/17 des réfugiés accueillis à Breil

Posté : 18 février, 2017 @ 12:22 dans Citoyens solidaires, Medias : Articles presse Radios, Mineurs Isolés Etrangers, Réfugiés - Migrants, Soutien aux sans-papiers | Pas de commentaires »

http://www.rfi.fr/france/20170216-roya-migrants-refugies-frontiere-france-italie-breil-mineurs-afrique

A écouter ….

Médias italiens : RAI & la Repubblica

Posté : 16 février, 2017 @ 8:14 dans Medias : Articles presse Radios | Pas de commentaires »

http://www.restatescomodi.rai.it/dl/portaleRadio/media/ContentItem-56d60fba-d277-4e05-a67b-f83ad5753231.html

sur la radio nationale RAI, par la journaliste Cecilia RINALDINI

Extrait de l’interview avec Elisabetta : « Cédric Herrou est la partie visible de l’iceberg : en Val Roja des dizaines de personnes ont ouvert les portes de la maison aux immigrés, surtout aux mineurs non accompagnés, comme Élisabeth Panelli.  » le 30 décembre mon mari Simon m’appelle et me dit que dans ce pays étaient arrivés des enfants qui avaient besoin d’aide. Je me demande si elle pouvait en ramener deux à la maison. Eh bien, ils ont été avec nous pendant 20 jours et pour moi font partie de la famille. Nous avons fêté quand ils nous ont dit être arrivés en Allemagne et maintenant nous nous sentons chaque jour. Je le referais mille fois « . samedi 18 en envoyé spécial, Radio1 Rai.
Intnto un premier extrait de l’interview cet après-midi vers 15.35 h en restez maladroits, radio1 rai »

——————————————————————————————————-

Dans la Repubblica :

http://video.repubblica.it/dossier/immigrati-2015/parla-cedric-herrou-il-contadino-francese-a-processo-perche-ospita-i-migranti/267384/267768?ref=HREC1-5

MEDIAS suite verdict procès Cédric Herrou 10/2/17 : Reuters – JT de 20 H France2 – NY Times

Posté : 16 février, 2017 @ 7:56 dans Citoyens solidaires, Medias : Articles presse Radios | Pas de commentaires »

REUTERS  :
https://www.mediapart.fr/journal/france/100217/cedric-herrou-condamne-3000-euros-damende-avec-sursis-pour-avoir-aide-des-migrants

Cédric Herrou condamné à 3.000 euros d’amende
avec sursis pour avoir aidé des migrants

10 février 2017 Par Agence Reuters

L’agriculteur Cédric Herrou, figure emblématique de l’aide aux migrants dans le sud-est de la France, a été condamné vendredi à 3.000 euros d’amende avec sursis pour avoir aidé des étrangers en situation irrégulière à franchir la frontière italienne.

NICE (Reuters) – L’agriculteur Cédric Herrou, figure emblématique de l’aide aux migrants dans le sud-est de la France, a été condamné vendredi à 3.000 euros d’amende avec sursis pour avoir aidé des étrangers en situation irrégulière à franchir la frontière italienne.

Le parquet de Nice avait requis début janvier sa condamnation à huit mois de prison avec sursis.

« L’absence de contrepartie directe ou indirecte est évidente (…) Votre sincérité n’est pas remise en cause mais la preuve au cas par cas de leur situation nécessitant une sauvegarde individuelle n’a pas été apportée » a indiqué la magistrate Laurie Duca lors de la lecture du jugement.

Elle a précisé qu’elle ne pouvait pas se prononcer, en droit, sur les conditions d’accueil des réfugiés mises en place en Italie pouvant justifier ou pas l’action de l’agriculteur.

La justice l’a en revanche relaxé sur l’aide qu’il apporte depuis des mois à de nombreux migrants arrivés sur le territoire français en les transportant, les logeant et les hébergeant notamment dans sa ferme isolée de Breil-sur-Roya.

C’est là, en pleine vallée de la Roya, une zone escarpée s’étendant à la fois en Italie en France, que débarquent depuis des mois des centaines d’étrangers, parfois mineurs, en situation irrégulière souvent venus d’Érythrée. A tel point que l’homme a installé deux caravanes et cinq tentes bi-places pour faire face à l’afflux, rappelle la juge.

UNE « ACTION DE SECOURS »

« On ne peut reprocher à quiconque d’avoir ouvert les portes de son logement » estime-t-elle pour justifier sa décision d’appliquer une immunité pénale. Elle s’appuie sur « l’état d’indignité » dans lequel se trouvent ces personnes « qui forment le projet d’un passage de la frontière au péril de leur vie. »

« L’aide proposée participe bien d’une action de secours », ajoute-t-elle.

Dans son délibéré, la juge a aussi débouté la SNCF qui reprochait à Cédric Herrou d’avoir d’organisé, avec l’association Roya citoyenne, un camp d’accueil sauvage de 57 migrants dont 29 mineurs sur l’un de ses anciens sites inoccupé depuis 1991 à Saint-Dalmas-de-Tende.

L’occupation illégale s’était soldée en octobre dernier par une évacuation ordonnée par la justice.

« La justice est témoin des conditions déshumanisantes des gens qui sont sur le sol français. Nos représentants politiques ont le devoir d’assumer leur responsabilité en les accueillant avec dignité », a dit Cédric Herrou à sa sortie du tribunal où l’attendaient 300 personnes venues le soutenir.

Se félicitant « d’une justice qui n’est pas au pied d’une politique stigmatisante d’une religion, d’une race d’une couleur de peau », il a lancé qu’il « continuera à agir ».

L’agriculteur trentenaire a confirmé vouloir changer de stratégie en lançant différentes procédures contre les autorités avec l’aide d’un collectif d’avocats français et italiens.

 ————————————————————————————————————————

http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/20-heures/jt-de-20h-du-vendredi-10-fevrier-2017_2048781.html

à 13 mn retour sur le verdict du procès de Cédric,
et solidarité dans la Roya, un Mineur Non Accompagné chez Aurélie Pierson…

————————————————————————————-

NICE MATIN du 11/2 fichier pdf NM 11 02 17 couverture Cédric à l’amende fichier pdf NM 11 02 17 Cédric verdict

NM 11 02 17   couverture  Cédric à l amende-page-001NM 11 02 17 Cédric verdict-page-001

——————————————-

https://www.nytimes.com/2017/02/10/world/europe/cedric-herrou-farmer-france-migrants.html?_r=0

12345...11
 

collectivités territoriales... |
l'agenda de la section |
Europe Ecologie - Canton Sa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aidedeveloppementafrique
| rouletabille
| Quand la vérité blesse